Mes défis avec l’alimentation

Par défaut
Mes défis avec l’alimentation

Mes plats préférés, depuis que j’étais toute petite, étaient tout ce qui est gras et frit. La plupart du temps, c’était ma grand-mère qui s’occupait de mes repas. J’avais une « grand-maman gâteau » qui faisait tout pour ses petits-enfants. Elle me préparait à tous les repas des mets gras : des croquettes de poulet, des frites, de la pizza, etc. Souvent, elle nous commandait de la pizza du restaurant. J’avais le droit de manger un sac de croustilles par jour et souvent, quelques boîtes de gâteaux durant la semaine. J’avais énormément de problèmes :  intimidation à l’école, on me traitait de grosse, etc. J’avais des rages de « cochonneries » et chaque fois que je mangeais, j’avais l’impression que mes problèmes s’en allaient. Ça m’apportait tellement un bon sentiment, et je me réconfortais dans la nourriture. C’était mon rythme de vie! Je détestais tellement l’éducation physique que je n’apportais même pas mon linge à l’école et préférais copier durant le cours.

À 15 ans, je pesais déjà 180 livres. Quand j’ai vu cela,  j’ai commencé à ne plus manger du tout. C’était facile de le cacher à ma famille puisque j’allais chez des amies ou je travaillais. Je disais que j’avais déjà mangé, et comme je n’avais jamais eu de problème selon eux avec la nourriture, il n’y avait pas raison de s’inquiéter. J’ai maigri énormément et j’ai rapidement perdu 40 livres. Est-ce que j’allais bien? Non, du tout. Je me voyais toujours aussi grosse et je voulais toujours maigrir plus.

Un jour, je m’en souviendrai toujours, j’ai perdu connaissance alors que j’étais en train de déménager mes grands-parents. Je me suis retrouvée couchée sur le trottoir. C’est à ce moment-là que ma grand-mère m’a fait promettre de recommencer à me nourrir. J’ai ensuite recommencé à manger. Peu importe ce que je mangeais, mon corps avait tellement peur de manquer de nourriture qu’il emmagasinait tout. J’ai rapidement repris tout le poids que j’avais perdu.

À 19 ans, je suis tombée en amour. On bougeait beaucoup alors j’ai perdu 20 livres. À ce moment-là, je pesais 160 livres. Je suis rapidement tombée enceinte. Ma première grossesse a été très dure. Je mangeais mes émotions et j’ai donc pris 100 livres. Mes deux autres grossesses, j’ai pris 10 livres chaque fois, ce que je trouve très bien pour quelqu’un avec un surplus de poids. Comme j’ai vécu énormément de violence conjugale, pendant 6 ans, je me réfugiais dans la nourriture : la solution la plus connue pour moi.

Il y a 3 ans, j’ai fait un gros burn-out. Tout m’épuisait et les médicaments me donnaient toujours faim. Comme mes habitudes de vie étaient de manger un sac de croustilles par jour, de la nourriture congelée ou du restaurant, je me suis rapidement retrouvée avec mon plus gros poids à vie. Quand on est maman, on se dit souvent qu’on a pas le temps de s’occuper de nous. On se dit : « pas maintenant, un jour viendra… » Ce jour fut le 20 août 2015. Ce jour-là, je me suis pesée. Je pesais 288 livres. Je voyais les 300 livres s’approcher très vite. J’avais de la misère à marcher quelques pas sans m’essouffler. Ce jour-là, je me suis dit : « Ça suffit! Aujourd’hui, je me choisis! » Je me suis inscrite au gym. Depuis, j’y vais 3 fois par semaine. 1 h 30 d’exercices « cardio » et 30 minutes de musculation à chaque fois. Pour être certaine d’avoir le temps et de ne pas me trouver d’excuses, je me l’écris dans mon agenda. Je me donne des rendez-vous avec moi-même! J’ai éliminé les croustilles et les boissons gazeuses.  J’ai diminué à une fois par semaine la malbouffe. Je mange plein de fruits et légumes et j’ai coupé mes portions de moitié. Pour m’aider, je me trouve 7 recettes santé par semaine et planifie d’avance mes repas. J’achète ce qu’il me faut comme ça, chaque soir, j’ai une recette santé pour ma famille. En 9 mois, j’ai perdu presque 90 livres. J’adore bouger, je me sens mieux et je recommence à aimer ce que je vois dans le miroir. Mon premier défi est de perdre jusqu’à 100 livres. Aujourd’hui, je sais que j’en suis capable et je crois en moi.

Ma phrase préférée est : « malgré les « malgré », je me choisis ».

Maman multifonction

Publicités

"

  1. Bravo! Tu peux être fière de toi car cela prend beaucoup de détermination pour faire ce que tu as fait. Passer à travers ce que tu as vécu est certainement difficile mais le fait que tu as décidé de faire des choix et parfois des sacrifices témoigne de la force qui règne en toi. Au plaisir de vous relire.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s