La bicyclette

Par défaut

Il y a quelques jours, j’ai redécouvert ma bicyclette. Enfant, adolescente et étudiante, le vélo était mon moyen de transport préféré. Et puis en immigrant à Montréal, je n’avais plus jamais repris cette habitude. Jusqu’à notre déménagement à la Rive sud. Là je me suis achetée une nouvelle bicyclette: nouvelle mais tout à fait rétro dans son apparence. J’adore… Cet été là, j’ai bien profité de ma bicyclette. Pendant la grossesse, par contre, je n’osais pas monter sur le vélo, par peur de faire une fausse couche en tombant. Pendant un bon deux ans post-partum, je ne m’intéressais plus à ma bicyclette. En fait, j’avais perdu l’intérêt pour plusieurs aspects de ma vie « pré-maman».

Mais cet été c’est différent. Ma fille commence davantage à se différencier de moi. Elle devient de plus en plus sa « propre personne ». On le sent dans son grand besoin de faire tout toute seule et dans l’expression de ses préférences. Pendant ce processus de séparation et d’individuation de ma fille, moi-même je me permets de retrouver certaines couches de ma personne que j’avais cachées et oubliées depuis ma grossesse. Je retrouve mon intérêt pour la lecture, je ressens de nouveau la passion pour ma profession que je ne pratique plus depuis la grossesse, et j’ai donc retrouvé l’intérêt pour mon « cheval d’acier »… Mais  dernièrement, je l’ai sortie de notre sous-sol, j’ai gonflé ses pneus et je suis partie. Les cheveux dans le vent (un mouvement quand même restreint par le port du casque), redécouvrir les muscles de mes cuisses, voir plus intensément les arbres verts et le ciel bleu, entendre une partie d’une conversation chaotique entre quelques ados sur leurs skateboards, sentir davantage les jasmins florissants dans notre quartier…  Les premières sorties étaient déjà une fête pour mes sens. Puis j’ai décidé de pousser encore un peu plus loin. J’ai demandé à mon mari de bien s’occuper de notre petit trésor, car maman s’en va,  mais qu’elle serait de retour dans deux heures maximum. 😉 Je suis partie avec ma bicyclette au café et j’y ai lu pendant deux heures un livre. Quel bonheur! De nouvelles idées qui commencent à remplir ma tête, écrire des questions dans la marge de mon livre, noter des mots que je ne comprends pas… J’ai passé un bon moment avec moi. Et puis le retour en vélo à la maison… Le sentiment de liberté et de jeunesse que le vélo me donne! Dans la voiture je me sens veille et renfermée. Sur mon vélo, j’ai vingt ans et le monde est à mes pieds… Et puis un autre beau cadeau quand je suis rentrée. J’ai vu l’admiration dans les yeux de ma fille. « Wow ma maman roule une belle grande bicyclette ». Ma fille qui adore les bicyclettes et qui rêve d’apprendre à en rouler une. Mon casque rouge qu’elle trouve tellement drôle. Je ne suis plus seulement la maman qui fournit les soins et le lait, qui joue avec elle et qui vit et organise ses journées en fonction d’elle. Je vois dans ses yeux qu’elle voit maintenant que je suis aussi une personne en soi, un être bien distinct d’elle. Un être sur une bicyclette.

Mama Liah

Publicités

"

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s