Je me reconnais de plus en plus moi-même

Par défaut
Je me reconnais de plus en plus moi-même

Il est 23 h. Tout le monde dort. On se couche à 21 h. À ce moment-là, je tombe dans mon lit. Maman dort aussi. Mais un besoin dit « intellectuel » me réveille. Demain, ma fille sera avec moi. Elle n’ira pas à la garderie. Je dois alors préparer les bricolages, coloriages que l’on va faire demain, mais aussi les exercices que l’aideront à maîtriser ses émotions négatives. Parfois, c’est la fille qui est en moi qui se réveille à 23 h. Je sens qu’il faut écrire à maman qui habite en Amérique du Sud : « on est bien ». Il faut qu’elle le sache. Parfois c’est la femme de ménage en moi qui me tient éveillée. « Il faut nettoyer la salle à manger, sinon demain, ce sera terrible! ». Parfois, c’est la bénévole qui se réveille. Une personne de mon pays d’origine vient d’arriver. Sa fille est malade. Ni elle ni son mari ne parlent français. Il faut les aider. On appelle au 811 pour savoir si tout va bien. Je traduis. Parfois c’est l’amie qui ouvre les yeux. Je veux avoir des nouvelles de mes meilleures amies que j’ai laissées dans mon ancienne vie. Parfois, c’est le besoin spirituel qui se fait sentir. J’ai besoin de prier pour moi, pour retrouver la paix, la tranquillité d’esprit, pour mon mari, pour mes enfants. Parfois, c’est moi, la femme qui se réveille. Je veux faire l’amour à mon mari. D’autres fois, c’est l’activiste politique qui envoie des messages via Facebook pour inviter les parents d’autres pays à se sentir libres d’éduquer leurs enfants comme ils le désirent et ce, malgré ce que dit le gouvernement. Et quelques fois, je prends un biscuit, un verre de lait ou un verre d’eau, sans que personne ne m’interrompe.

Finalement, après avoir acheté un lave-vaisselle, l’écrivain qui dormait en moi a pu se réveiller. Le 13 décembre 2016, j’ai fêté mes trois ans au Québec et en tant que mère au foyer. Ces trois années ont été marquées par beaucoup de changements. Avant j’étais une maman qui travaillait 8 heures par jour à l’université et maintenant, je suis de plus en plus moi. 17 heures de travail par jour à la maison, ou même 24 quand un de mes enfants est malade. Les journées sont plus intenses et plus longues. Le fait de ne pas avoir la motivation d’un salaire ni la reconnaissance sociale m’a aidée à me reconnaître de plus en plus moi-même.  Je suis une mère, je suis un esprit, je suis une femme, je suis une épouse, je suis une amie, je suis une fille, je suis une sœur, je suis une activiste, je deviens infirmière, enseignante, bénévole… et un jour, j’espère, écrivain.

Publicités

"

  1. Wauw, Karol, J’adore ton texte, tu te reconnais de plus en plus, moi je te reconnais dans le texte que tu as écrit. C’est vraiment toi!
    À la fin j’avais même presque une petite larme. Je trouve ton texte touchant et inspirant.

    J'aime

  2. Wauw, Karol, je trouve ton texte très touchant et inspirant. À la fin j’avais même presque une petite larme. Tu te reconnais de plus en plus en toi et moi je te reconnais dans ton texte. C’est vraiment toi 🙂 Merci!

    J'aime

  3. Je me suis laissée entrainer dans ton monde Karol!
    Ça c’est pour moi, le meilleur signe d’un bon écrivain. Si je plongue dans tes mots, c’est réussi. Merci!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s