Archives de Catégorie: Témoignages

Merci Ville de Longueuil!

Par défaut

Bonjour!

Aujourd’hui, j’aimerais remercier la Ville de Longueuil pour la soirée de reconnaissance des bénévoles. Cela a été un succès. Avoir des billets gratuits pour aller voir Valérie Blais en spectacle a été une soirée qui nous a fait énormément de bien à moi et mon copain. Parents de 5 enfants, c’est très rare qu’on se permette une belle petite soirée comme ça. Le rire était au rendez-vous. Merci énormément.

Croire en ses rêves

Par défaut

Aujourd’hui, je vais vous parler du rêve de ma fille de 8 ans.  Depuis le tout bas âge, ma fille adore chanter.  À la minute où elle a su parler, elle s’est mise à chanter !  Déjà à l’âge de 2 ans, elle nous chantait toujours de magnifiques chansons.

En septembre 2015, elle est arrivée dans une nouvelle école où il y a une chorale. « Wow !  Quel rêve ! », disait-elle.  Je me rappelle l’an passé, il y avait des auditions pour la chorale de son école.  Ma fille y a été.  Malheureusement, elle s’est fait refuser.
Lire la suite

Je me reconnais de plus en plus moi-même

Par défaut
Je me reconnais de plus en plus moi-même

Il est 23 h. Tout le monde dort. On se couche à 21 h. À ce moment-là, je tombe dans mon lit. Maman dort aussi. Mais un besoin dit « intellectuel » me réveille. Demain, ma fille sera avec moi. Elle n’ira pas à la garderie. Je dois alors préparer les bricolages, coloriages que l’on va faire demain, mais aussi les exercices que l’aideront à maîtriser ses émotions négatives. Parfois, c’est la fille qui est en moi qui se réveille à 23 h. Je sens qu’il faut écrire à maman qui habite en Amérique du Sud : « on est bien ». Il faut qu’elle le sache. Parfois c’est la femme de ménage en moi qui me tient éveillée. « Il faut nettoyer la salle à manger, sinon demain, ce sera terrible! ». Parfois, c’est la bénévole qui se réveille. Une personne de mon pays d’origine vient d’arriver. Sa fille est malade. Ni elle ni son mari ne parlent français. Il faut les aider. On appelle au 811 pour savoir si tout va bien. Je traduis. Parfois c’est l’amie qui ouvre les yeux. Je veux avoir des nouvelles de mes meilleures amies que j’ai laissées dans mon ancienne vie. Parfois, c’est le besoin spirituel qui se fait sentir. J’ai besoin de prier pour moi, pour retrouver la paix, la tranquillité d’esprit, pour mon mari, pour mes enfants. Parfois, c’est moi, la femme qui se réveille. Je veux faire l’amour à mon mari. D’autres fois, c’est l’activiste politique qui envoie des messages via Facebook pour inviter les parents d’autres pays à se sentir libres d’éduquer leurs enfants comme ils le désirent et ce, malgré ce que dit le gouvernement. Et quelques fois, je prends un biscuit, un verre de lait ou un verre d’eau, sans que personne ne m’interrompe. Lire la suite

Les activités (ou comment rester zen avant l’entrée à la maternelle)!

Par défaut
Les activités (ou comment rester zen avant l’entrée à la maternelle)!

Avez-vous inscrit vos enfants à la natation ? Vite, les horaires sont en ligne depuis hier, les inscriptions commençaient ce matin. Ouf, ça doit être déjà plein. C’est tellement important de savoir nager. Il est déjà vieux, il a 7 mois et il n’a pas commencé encore !..

J’exagère, mais à peine ! Tout part d’une bonne intention : on veut offrir à nos enfants les meilleures possibilités. On veut qu’ils se développent à leur plein potentiel. On veut qu’ils soient mis en contact le plus tôt possible avec une foule de compétences différentes. On veut vivre de beaux moments avec eux. On veut profiter au maximum de leurs premières années. On veut qu’ils puissent développer leurs talents et découvrir une passion, avant la maternelle si possible !

Pour qui ? Pour quoi ?

Ce n’est pas évident de garder l’équilibre… Parfois j’entends les horaires d’activités que des enfants de 2-3 ans ont pendant la semaine. Wow ! Vraiment ? Est-ce trop, pas assez… J’ai dû faire une petite réflexion là-dessus. Premièrement, parce que je suis moi-même maman et je veux éviter de tomber dans le piège de l’horaire surchargé pour mes enfants.

Voici mes trucs : Lire la suite

La comparaison (tsé, le fameux gazon plus vert chez le voisin…)

Par défaut
La comparaison (tsé, le fameux gazon plus vert chez le voisin…)

Êtes-vous comme moi ? Moi, je n’y échappe pas. Dès que je regarde quelqu’un, des jugements « popent » dans ma tête malgré moi et la comparaison embarque ! Comparaisons physiques : elle est plus ou moins grosse, plus ou moins grande, ridée ou pas, etc. Puis les comparaisons psychologiques : a-t-elle l’air plus heureuse, plus épanouie, plus fatiguée, plus ou moins patiente, etc, etc. Puis les comparaisons familiales : plus ou moins d’enfants, quel âge, plus beaux que les miens, allaités, couches lavables, gentils ou insupportables, etc, etc, etc! Sans oublier les comparaisons matérielles : maison, auto, vêtements, jouets, poussettes du futur, etc, etc, etc, etc! Lire la suite

Un père

Par défaut

family-1466261_1920Un père…  On pourrait dire qu’un père c’est celui qui sème la graine pour faire pousser la merveilleuse fleur, mais cela serait trop facile.  En fait, je crois qu’un père c’est un modèle masculin dans la vie d’un enfant.

Pour moi, un père c’est un homme qui  s’occupe de ses enfants, qu’il soit le père biologique ou substitut.
Pour moi, un père c’est un homme qui  éduque l’enfant comme s’il était le sien, qui lui montre le bon chemin à prendre pour avoir une belle vie.
Pour moi, un père c’est un homme qui est là pour montrer les bonnes valeurs.
Pour moi, un père c’est un homme qui va être là pour l’enfant, quand il y a des hauts et des bas, pour prendre soin de lui.
Pour moi, un père c’est un homme qui prend ses responsabilités envers l’enfant peu importe la relation avec sa mère. 
Pour moi, un père c’est un homme qui aime son enfant et le lui dit. 
Pour moi, un père c’est un homme qui encourage son enfant.
Pour moi, un père ça s’engage à être toujours là pour l’enfant, pas seulement quand ça lui tente.
Pour moi, un père c’est un homme qui met des limites claires et sécurisantes.
Pour moi, un père c’est un homme qui admet ses erreurs.  Il ose être un humain qui apprend.
Pour moi, un père c’est un homme qui ne ferait pas de mal physiquement et mentalement à un enfant et qui va l’aider pour vrai.
J’aimerais finir par dire merci à tous ces papas qui ont choisi ou non de semer la graine, mais qui font tout pour rendre la vie de  leur petit bout de chou merveilleuse.
P.S.  Je tiens a remercier spécifiquement mon grand-père qui nous a tellement appris sur la vie et à mon merveilleux chum qui s’occupe de 4 enfants comme si c’était les siens.

Le Fablier, une histoire de familles

Par défaut
Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un organisme magnifique que j’ai connu en octobre 2015. Ma fille qui va à l’école m’avait apporté une publicité du Fablier, une histoire de familles. Cet organisme en alphabétisation nous invitait à passer une superbe journée pédagogique avec eux pour faire un atelier sur la peinture. Moi qui aphoto-logo-fablierdore découvrir de nouveaux organismes! Je me suis dit : « inscrivons-nous! En plus, c’est tout près de chez moi! On pourra y aller facilement à pied! » Nous avons fait l’atelier de peinture. J’ai tellement adoré que j’ai voulu savoir tout ce qui se passait au Fablier! Montrer à mes enfants l’importance de la lecture, je trouve cela très important.

 

La même journée, je me suis inscrite pour être membre. Laissez-moi vous expliquer mon expérience. Pendant les congés pédagogiques, il y a des activités familiales. Il y a un thème différent à chaque fois. Les parents y participent avec leurs enfants. C’est toujours en fonction de développer le goût de la lecture aux enfants.
Pour les plus jeunes, ils peuvent aller à la halte-garderie. Il y a une personne bénévole qui se dévoue pour nos petits choux. J’ai aussi eu le plaisir de connaître trois intervenantes merveilleuses qui adorent leur travail et qui nous aident dans notre rôle de parent ! Mais attendez! Ce qu’il y a de plus fantastique c’est qu’il y a aussi énormément d’activités pour les jeunes 0-5 ans! Parfois, quand on a des enfants plus jeunes, on fait le choix de rester à la maison. On peut trouver cela difficile d’être « pognés » entre nos 4 murs, ne sachant pas trop vers qui aller. Nos amies n’ont pas toujours fait les mêmes choix que nous, donc on se ramasse seul avec bébé et on vit beaucoup d’isolement. Lire la suite

Peau à Peau

Par défaut

Quand j’étais enceinte de ma fille, j’ai appris que pratiquer le peau à peau avec son bébé peut stimuler l’attachement entre enfant et parent. De plus, la position peau à peau aiderait bébé à conserver une température corporelle optimale et à réguler le battement de son cœur et même sa pression artérielle. La proximité avec le parent le rassurerait. Ça aiderait même bébé à prendre du poids. Lire la suite

La bicyclette

Par défaut

Il y a quelques jours, j’ai redécouvert ma bicyclette. Enfant, adolescente et étudiante, le vélo était mon moyen de transport préféré. Et puis en immigrant à Montréal, je n’avais plus jamais repris cette habitude. Jusqu’à notre déménagement à la Rive sud. Là je me suis achetée une nouvelle bicyclette: nouvelle mais tout à fait rétro dans son apparence. J’adore… Cet été là, j’ai bien profité de ma bicyclette. Pendant la grossesse, par contre, je n’osais pas monter sur le vélo, par peur de faire une fausse couche en tombant. Pendant un bon deux ans post-partum, je ne m’intéressais plus à ma bicyclette. En fait, j’avais perdu l’intérêt pour plusieurs aspects de ma vie « pré-maman».

Mais cet été c’est différent. Ma fille commence davantage à se différencier de moi. Elle devient de plus en plus sa « propre personne ». On le sent dans son grand besoin de faire tout toute seule et dans l’expression de ses préférences. Lire la suite

Mes défis avec l’alimentation

Par défaut
Mes défis avec l’alimentation

Mes plats préférés, depuis que j’étais toute petite, étaient tout ce qui est gras et frit. La plupart du temps, c’était ma grand-mère qui s’occupait de mes repas. J’avais une « grand-maman gâteau » qui faisait tout pour ses petits-enfants. Elle me préparait à tous les repas des mets gras : des croquettes de poulet, des frites, de la pizza, etc. Souvent, elle nous commandait de la pizza du restaurant. J’avais le droit de manger un sac de croustilles par jour et souvent, quelques boîtes de gâteaux durant la semaine. J’avais énormément de problèmes :  intimidation à l’école, on me traitait de grosse, etc. J’avais des rages de « cochonneries » et chaque fois que je mangeais, j’avais l’impression que mes problèmes s’en allaient. Ça m’apportait tellement un bon sentiment, et je me réconfortais dans la nourriture. C’était mon rythme de vie! Je détestais tellement l’éducation physique que je n’apportais même pas mon linge à l’école et préférais copier durant le cours.

Lire la suite